Foire aux questions

Lors d’un test d’infiltrométrie ma maison peut elle être endommagée?

Normalement non, la dépression ou surpression ne peuvent pas endommager l’habitation proprement dite. Dans certains cas l’opérateur doit néanmoins veiller à prendre un certain nombre de précaution dont voici quelques exemples: si présence d’une membrane frein vapeur lors d’un test intermédiaire, choisir la dépression ou la surpression selon le mode de fixation de cette dernière; si présence d’un poële à bois veiller à ce qu’il soit bien nettoyé; si plafond suspendu il est parfois impossible de réaliser le test (cas d’un plafond tendu par exemple) si dalles veiller à en ôter quelques unes; etc.
Dans tous les cas si vous avez à faire à un opérateur expérimenté, votre habitation ne court aucun risque.

 

Y a t’il un autre moyen de voir les déperditions de chaleur que par thermographie infrarouge?

Non.
La thermographie infrarouge est actuellement la seule technique permettant de visualiser les déperditions thermiques de l’enveloppe d’un bâtiment.
Il existe des instruments de mesure permettant de déterminer la résistance thermique d’une paroi mais qui ne permettent pas d’en localiser les faiblesses sauf à réaliser des points de mesure sur l’ensemble de la paroi, ce qui est matériellement inenvisageable.

 

Dans quel genre de bâtiment pouvez vous faire vos tests?

Nous pouvons réaliser nos différents tests,infiltrométrie et thermographie infrarouge dans tous les types de bâtiments, logement, tertiaire, industriel, collectif qu’ils soient neufs ou anciens.
La thermographie infrarouge permettra de qualifier l’enveloppe thermique d’un bâtiment et le test de perméabilité d’en quantifier l’étanchéité à l’air. Dans le neuf l’intérêt étant de pouvoir vérifier non seulement la concordance de la performance réelle avec celle prévue à l’étude thermique mais aussi la qualité de mise en oeuvre des différents éléments. En rénovation ces techniques permettront de mieux qualifier le bâtiment et ainsi de pouvoir prioriser les différents travaux d’amélioration.

 

Dépendez vous d’un organisme?

Nos opérateurs se sont vus délivrer leurs autorisations et accréditations par différents organismes certificateurs mais nous ne dépendons de personne pour l’exercice de notre profession.
Nous agissons en totale autonomie et en toute impartialité dans le respect de notre charte déontologique consultable sur le site, ce qui est un gage pour nos clients de conseils parfaitement adapté à leur besoin.

 

Vos tests sont ils certifiés, peuvent ils être contestables?

Il est important avant toute chose de bien distinguer la notion de test de la notion d’expertise.
Les tests d’étanchéité à l’air sont encadrés par une norme bien précise NF EN 13829 et son guide d’application, nos opérateurs ont suivi une formation dédiée et sont certifiés par Qualibat. Ils respectent donc un cahier des charges et une méthodologie (norme iso 9001 / 2008 en cours) bien précise, en conséquence le résultat du test est difficilement contestable, sauf si une erreur humaine a été commise.

 

La ouate de cellulose semble être un très bon isolant, avez vous des retours d’expérience quant à son vieillissement?

Effectivement la ouate de cellulose est un excellent isolant du fait de sa faible conductivité thermique. Il existe sous 2 formes, en vrac et en panneaux. dans le cas des panneaux sa mise en œuvre peut souffrir des mêmes défauts qu’un isolant classique, mauvaise jonction entre les panneaux ou les poteaux des ossatures bois, dans tous les cas il nécessite la mise en œuvre d’un frein vapeur qui va faire l’étanchéité à l’air.
Dans le cas ou la ouate est insufflée dans des caissons, généralement derrière le frein vapeur, il faut être vigilent sur le matériau employé et au respect des prescriptions de mise en œuvre. Nous avons malheureusement pu constater des phénomènes de tassement sur des ouates particulièrement chargées en gypse et/ou sels de bore.
Lorsqu’elle est projetée humide, un phénomène de rétractation est observé, il est alors nécessaire de compléter l’isolation.
Dans le cas du soufflage en comble perdu c’est un produit parfaitement adapté et performant.
La ouate de cellulose a ses adeptes et ses détracteurs, il faut simplement faire preuve de bon sens pour se forger son propre opinion …

 

N’est il pas mauvais d’avoir une maison trop étanche?

La performance énergétique d’un logement passe par son étanchéité à l’air et le test d’infiltrométrie est là pour la garantir, maîtriser l’étanchéité à l’air c’est maîtriser ses dépenses et améliorer son confort thermique. Il faut toutefois veiller à ce que le renouvellement d’air soit suffisant pour éviter des désordres au niveau du bâti, par ailleurs s’assurer d’une qualité optimale de l’air est aussi essentiel pour ses habitants et leur santé.
Dans un logement neuf ou l’on souhaite un niveau de performance en terme d’étanchéité à l’air, son renouvellement est soigneusement dimensionné dès la conception et géré par une ventilation Mécanique Contrôlée (généralement de type hygro B ou double flux).
En rénovation il existe une règle de bon sens qui stipule que l’on ne modifie pas l’enveloppe d’un bâtiment sans modifier son renouvellement d’air.
L’étanchéité à l’air est effectivement un paramètre essentiel qu’il convient de traiter avec un soin tout particulier.
Pour répondre succinctement: non il n’est pas mauvais d’avoir une maison trop étanche à partir du moment ou le renouvellement d’air est correctement dimensionné, contrôlé et géré.

 

A quel moment le test d’étanchéité à l’air doit il être réalisé?

Généralement 2 tests sont préconisés, le premier à la phase hors d’eau hors d’air réseaux de fluides passés, et le deuxième à la fin du chantier au moment de la réception pour la validation de la performance d »étanchéité à l’air.
Le premier permet d’apporter des mesures correctives lorsque des infiltrations d’air parasites ont été décelées, il permet généralement d’éviter toute mauvaise surprise au moment du test final.
. Le test final est quant à lui réalisé au moment de la livraison du logement, lorsque celui ci est en condition normale d’utilisation. Le résultat du test conditionne la conformité du bâtiment à la règlementation thermique.

 

La pression de mon réseau de chauffage au sol tombe régulièrement, je soupçonne une fuite mais mon carrelage est neuf et je ne veux pas le casser, pouvez vous y faire quelque chose?

Pour ce qui est de la détection de la possible fuite nous pouvons intervenir sans rien casser grâce à la thermographie infrarouge qui est non destructive car non intrusive. par contre pour ce qui concerne la réparation une fois la fuite localisée avec précision vous n’aurez pas d’autre choix que d’enlever votre carrelage pour procéder à la réparation.

 

Quelle réglementation est applicable aux travaux de destruction/reconstruction réalisés sur des bâtiments existants ?

Dans ce qui suit, on entend par « bâtiment ou partie de bâtiment détruit entièrement », un bâtiment, ou partie de bâtiment, dont il ne reste aucun morceau de mur debout suite à la destruction, excepté le plancher bas. Dans le cas contraire, on parle de « bâtiment détruit partiellement ».

Un bâtiment ou une partie de bâtiment existant détruit partiellement puis reconstruit, est soumis à la RTexistant (volet globale ou élément par élément selon le cas). Il n’y a donc pas d’attestation à fournir lors du dépôt de permis de construire ou de déclaration préalable.

Il existe une exception à ce principe : il s’agit du cas où un mur est conservé, non pour des raisons thermiques, mais parce qu’il s’agit d’un mur mitoyen avec un autre bâtiment. Dans ce cas, si c’est le ou les seuls murs restants, le bâtiment sera soumis à la RT2012.

 

Quelles sont les modalités d’application de la réglementation thermique pour des travaux dans le cadre d’un changement de destination d’un bâtiment existant ou d’une partie de bâtiment existant ?

Les travaux effectués dans le cadre d’un changement d’usage d’un local (par exemple, l’aménagement en habitation d’une grange, la transformation de bureaux en logements…) sont soumis à la RTexistant (volet global ou élément par élément selon les cas).

 

Dans le cas d’une extension de bâtiments de moins de 50 m², quelles sont les modalités pour la réalisation de l’attestation de prise en compte de la réglementation thermique ?

Depuis le 1er janvier 2015, les exigences de performance énergétique applicables aux bâtiments de moins de 50 m² de Srt ont été assouplies. Ces bâtiments ou extensions ne sont plus soumis à l’ensemble des exigences de la réglementation thermique 2012. Ils sont soumis à la RTexistant élément par élément. Il n’y aura pas de calcul thermique à réaliser mais la performance des murs, plafonds et planchers seront à vérifier. Il faudra fournir une attestation au dépôt de permis de construire ainsi qu’à l’achèvement des travaux.Ci-joint une note d’information concernant la simplification de la RT2012 aux bâtiments et extensions de petite surface au 1er Janvier 2015.

 

Quels documents sont nécessaires à l’élaboration de l’audit?

Plans d’étage côtés, plans de façades et coupe du bâtiment, fiche de renseignements complétée, factures de chauffage (sur 3 ans idéalement). Ses documents doivent être envoyées avant le relevé terrain et serviront au technicien pour préparer le rendez-vous.

 

Combien de temps est nécessaire pour effectuer le relevé terrain ?

Si les plans cotés ont été reçus par le technicien, le relevé terrain peut durer entre 1 et 2 heures selon la surface et les particularités de la maison. Un temps d’échange avec le maître d’ouvrage et/ou le maître d’œuvre est également compris dans le relevé terrain.

Sans plans cotés, le technicien doit effectuer l’ensemble des métrés de la maison. Le temps dédié au relevé terrain est alors plus conséquent : comptez 3 heures.

 

Comment sont élaborés les scénarios de rénovation?

Nous prenons en compte vos souhaits de rénovation ainsi que l’objectif que vous souhaitez atteindre. En priorité, les simulations tiendront compte de l’amélioration énergétique du bâti (isolation des murs, de la toiture, du plancher, remplacement des menuiseries, …) puis éventuellement du remplacement des systèmes énergétiques. Nous chercherons à obtenir pour vous un niveau de performance équivalent au label BBC Rénovation (une consommation en énergie primaire d’environ 80 KWh/m².an). L’ensemble des scénarios de travaux est validé en accord avec le maître d’ouvrage et/ou le maître d’œuvre en charge du projet.

 

Le test d’étanchéité à l’air est-il obligatoire en rénovation?

Il n’y a pas d’obligation de réaliser un test d’étanchéité à l’air en rénovation. Cependant, il parait judicieux de faire vérifier le niveau de performance de la maison car cela a un impact sur le résultat de l’étude. Pour exemple, si l’on améliore la valeur d’étanchéité à l’air de 1.7 m3/h.m² (valeur prise par défaut dans les études dans l’existant) à 0.8 m3/h.m² , on peut observer un gain sur les déperditions de l’ordre de 28 %, et un gain sur la consommation en énergie primaire de l’ordre de 15 %.

 

Comment expliquer les différences entre mes factures et le résultat de l’audit?

L’audit est réalisé à partir d’un moteur de calcul règlementaire, avec un ensemble d’hypothèses validées par le CSTB. Cependant, certains paramètres peuvent être différents de vos habitudes de vie. Par exemple, la température intérieure cible en journée est de 19°C, or on sait qu’un degré de différence équivaut à environ 7% d’écart sur une facture de chauffage. D’autres facteurs peuvent être en cause : étanchéité à l’air de la maison, dégradation des matériaux d’isolation, taux d’absentéisme au cours de l’année, etc.

 

Pourquoi le poêle installé dans la maison ne peut pas être pris en compte dans l’état initial?

Comme l’audit utilise un calcul règlementaire, il dépend des textes règlementaires associés. Or la prise en compte d’un système de chauffage au bois dépend du niveau de performance énergétique de la maison : en-dessous d’un certain niveau de performance, le poêle ne pourra être pris en compte, et le besoin de chauffage sera considéré comme comblé par du chauffage électrique. Bien sûr, après simulation des travaux d’amélioration sur le bâti, il sera possible de prendre en compte le système au bois.

 

Les préconisations indiquent d’enlever l’enduit ciment sur les murs en pierre, pourquoi ?

Le bâti ancien a été pensé de tel sorte que les murs « respirent », donc sans barrière à la diffusion de la vapeur d’eau à l’intérieur comme à l’extérieur. Souvent, les ravalements de façades ont entraîner la pose de revêtement étanches à la diffusion de la vapeur d’eau. Une rénovation réfléchie consiste donc à rétablir l’équilibre hygrothermique du mur en enlevant au préalable les enduits imperméables. Si le bâtiment est concerné par des problèmes d’humidité, il faudra résoudre ces problèmes, et laisser les parois s’assécher, avant d’effectuer toute opération de rénovation.